Un peu, beaucoup : A 50 ou 70 km de Notsé, ils n’ont pas vu de Blanc depuis deux ans. Nous sommes toujours bien reçus quand nous venons vérifier la citerne, le château d’eau ou le dispensaire construits quelques années auparavant par Maurice et ses Amis du Togo ou encore grâce au financement d’Actions Alsace Togo.

Nous avons diverses voitures, toutes louées à 15 euros par jour : une vieille 504 Peugeot aux diverses péripéties, une Mercedes de 25 ans d’âge, une Toyota et vers la fin un gros 4×4 Nissan tout autant hors d’âge. Nous crevons des pneus, cassons des carburateurs, des freins.

Quand nous partons, en bon européen, je m’enquiers parfois de la distance ou du temps qu’il faudra car la piste est mauvaise et 50 km représentent souvent 2 ou 3 heures de cahots. Invariablement le chauffeur répond : « C’est un peu loin ». J’apprends avec le temps combien « un peu, un peu beaucoup ou beaucoup » représentent. En effet, il n’a ni montre, ni compteur kilométrique.

L’essence : La vente d’essence en bord de route – elle provient de trafic d’origine nigériane -est toujours d’actualité. L’unité de mesure est la bouteille. Un jour dans un village, une moto -chinoise 125 cm3 bien entendu- s’arrête au stand où je me reposais sur la chaise de la vendeuse. Celle-ci papote 50 mètres plus loin avec une copine et je lui avais proposé de garder son échoppe. Je la vois qui rigole devant l’air ébahi du motard et je me lance. « Une bouteille, deux bouteilles ? » C’est là la première fois que je vends de l’essence !

Gérard Mura – Husseren-Wesserling