carte_web togolais 1 togolaise 1

Le Togo, pays d’Afrique de l’ouest, a des frontières communes avec le Bénin à l’est, le Burkina Faso au nord et le Ghana à l’ouest. La façade sud est ouverte sur le Golf du Bénin. C’est le plus petit état africain. Le Togo fait environ 700km de longueur pour 100km de largeur.

Sa faible superficie n’empêche pas le Togo d’être reconnu pour la grande diversité de ses paysages : une côte de sable fin bordée de cocotiers au sud, des collines, des vallées verdoyantes et des petites montagnes dans le centre du pays, des plaines arides et de grandes savanes plantées de baobabs au nord.

La république du Togo est présidée par Faure Gnassingbé, président réélu en 2015. Le premier ministre se nomme Komi Sélom Klassou, originaire de Notsé. La langue officielle est le français, la capitale est Lomé. Lomé est la plus grande ville.

Le Togo est devenu indépendant de la France en 1960. Sa monnaie est le franc CFA.

Il y a au Togo 3 langues officielles: le Français, l’Ewé et le Kabyè. Mais la langue la plus utilisée est le Mina.

La culture vivrière emploie plus de 25% des travailleurs. Le reste de la main d’œuvre vit de la culture du cacao, du café, du coton, mais surtout des mines de phosphate qui sont vitales au pays; le Togo est le cinquième producteur mondial de phosphate. Le Togo s’est doté d’une zone franche à la fin des années 80.

Le port de Lomé, la capitale, seul port en eau profonde de la sous-région ne cesse de se développer.

Le Togo qui compte 7 millions d’habitants fait parti des 20 pays les plus pauvres de notre planète, et la situation nutritionnelle des enfants, en termes absolus s’est encore aggravée au cours de ces 10 dernières années.

Le problème majeur du Togo: l’accès à l’eau potable et l’assainissement. La moitié de la population est privée d’accès à un point d’eau aménagé. En zone rurale seul un tiers de la population à l’accès à l’eau potable.

315 millions de personnes, soit une personne sur deux en Afrique sub-saharienne vivent en dessous du seuil de pauvreté.

La dégradation des terres et l’environnement marqué par la progression du désert, la très forte vulnérabilité du continent africain aux catastrophes naturelles, l’insuffisance de la production agricole, le manque d’eau, de routes, d’écoles, d’hôpitaux et de dispensaires font qu’une grande partie de l’ Afrique sub-saharienne vie entre résignation et désespoir.

togolaise 2enfant 2

Quelques chiffres.

Capitale: Lomé

Superficie: 56785 km2

Population: 7 Millions d’habitants

Espérance de vie: 52,6 ans

Taux de mortalité infantile: 66,6/1000

72% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

57,4 % dans l’extrême pauvreté.

Religion:

50% de la population togolaise est animiste

26% des togolais sont catholique

15% sont musulmans

9% sont protestants

Notsé capitale du peuple Ewe

Situé à une centaine de km de la capitale, Notsé est la capitale du peuple Ewe. Elle est la préfecture de la région du Haho. Elle compte près de 40000 habitants.

Notsè est une ville historique pour le peuple Ewé. L’histoire raconte que jadis dans cette cité vivait un Roi du nom d’Agokoli : tyrannique pour certains, novateur et dynamique pour d’autres.

L’histoire raconte que pour protéger sa cité des envahisseurs, Agokoli a fait construire une grande clôture haute et épaisse en argile « Agbogbo ». La population s’était usée à la tache pour la construction de la muraille.

Ne pouvant plus supporter les conditions qu’imposait le Roi, une partie de la population a pris la fuite en faisant une fente dans le rempart. Quoiqu’il en soit, le règne d’Agokoli marqua profondément son temps. Son souvenir perdure dans la mémoire collective des Ewé comme le premier responsable des différentes migrations qui prirent pour point de départ Notsé et aboutirent à l’occupation du pays éwé actuel. Aujourd’hui toute la cité de Notsé et le rempart d’Agbogbo (du moins ce qu’il en reste) font objet d’une fouille archéologique par le département d’histoire et archéologie de l’Université de Lomé.

 KARA et les « Paysans de la pierre »

kara 2

 La région de la  Kara est une région au nord du Togo. Entre Bénin et Ghana. On y trouve les groupes ethniques les plus nombreux du pays, les Kabyés. On les appelle les « paysans de la pierre » car ils pratiquent l’agriculture sur un terrain rocheux. Ils ont fait de la région un centre agricole important où l’on cultive l’igname, le coton, des arachides et des mangues. Les paysages aux alentours sont somptueux comme l’Afrique en est coutumière. Koutammakou et les monts Défalé sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

A l’est se trouvent les Monts Kabbyés. D’anciennes pistes coloniales conduisent à la découverte des populations locales et des villages traditionnels et de l’artisanat local comme les potiers et les forgerons. A l’ouest se situent Bassar et Bandjéli, réputés pour le travail et l’extraction du fer. Au sud on découvre Bafilo et ses tisserands traditionnels.

La région enfin est celle des réserves et des parcs naturels et couvre une grande partie du territoire. La réserve du parc de Sarakawa, ouverte récemment au public fait découvrir la faune sauvage africaine. On y croise zèbres, cobs et bubales.

Plus au sud de Kara le parc national et la réserve de Kéran recèlent une potentialité tout aussi riche avec ses éléphants ses buffles, ses antilopes et ses primates.

Les traditions et les rites les plus anciens survivent avec vigueur dans ces régions. Pour exemple la fête religieuse des kabyés de la Kozah. Il s’agit de danses rituelles et l’occasion de démontrer la force magique des sorciers. Elle offre aux seuls initiés, l’opportunité de prouver mutuellement une maîtrise des forces de la nature. Elle a lieu tous les 5 ans au mois de novembre. D’autres fêtes traditionnelles, comme l’Evala à Kara sont des cérémonies rituelles d’initiation au passage de l’adolescence à l’âge adulte.